Kinshasa Time Kinshasa - RD Congo : dimanche, 23 juillet 2017 -
001
mercredi, 15 avril 2015 13:03

Bientôt les élevages d’insectes pour nourrir les RD-Congolais

Écrit par  Congo Green Citizen
Évaluer cet élément
(0 Votes)

Riches en qualités nutritionnelles -protéines, minéraux, etc. De plus en plus des experts de l'Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture -FAO- voient dans le développement de l'entomophagie -consommation d’insectes- un substitut à la viande ou au poisson. En RD-Congo, Vincent Kasulu Seya Makonga, Secrétaire Général à l’Environnement et développement durable, y croit dur comme fer.

Crédit Photo Sourisville.wordpress.com

Grillon, chenille, sauterelle et criquet constitueront, peut-être dans les prochaines années, les principaux mets de la plupart des habitants du monde et même en RD-Congo.

Alors que près de 70 % environ des terres arables dans le monde et 9 % d’eau douce sont consacrées à l’élevage, responsable en outre de 18 % des émissions de gaz à effet de serre -GES-, l’élevage des insectes se présente donc comme une belle alternative. Et, Vincent Kasulu Seya Makonga, Secrétaire général à l’Environnement et développement durable, en bon manager, est bien conscient de l’opportunité qu’offre cet élevage en RD-Congo où l’insécurité alimentaire touche près de 6 millions d’âmes.

Le mardi 07 avril 2015 à Kinshasa, le SG a donné le coup d’envoi d’un projet tout aussi original que salvateur: projet pilote d’appui à la promotion de l’élevage des insectes comestibles et de l’entomophagie en RD-Congo.

Evalué à quelques USD 254 milles, ce projet d’une durée de deux ans consistera en la formation des éleveurs sur les techniques d’élevage d’insectes comestibles dont le grillon, la chenille, la sauterelle et le criquet.

Des insectes au menu, une tendance !

Vincent Kasulu Seya Makonga a affirmé qu’assister les paysans à travers l’élevage de ces insectes, c’est aussi contribué à la conservation et à l’utilisation durable de la biodiversité, ainsi qu’à la conservation du patrimoine culturel du pays. 

Au cours de cette cérémonie, le représentant de la FAO avait retracé le contexte dans lequel le gouvernement RD-congolais et la FAO ont initié ce projet pilote qui sera exécuté dans la ville de Kinshasa et la province de Bandundu. «L’objectif est de mettre en place un cadre favorable à la production, au développement d’une offre durable d’insectes comestibles en vue de contribuer à l’amélioration de la sécurité alimentaire et nutritionnelle de l’entomophagie», a-t-il fait savoir.

Riches en qualités nutritionnelles -protéines, minéraux, etc. De plus en plus d'experts de la FAO voient dans le développement de la consommation d’insectes un substitut à la viande ou au poisson.

A ce jour, plus de deux milliards d’êtres humains consomment déjà des insectes en Afrique et dans certaines parties de l’Asie. La FAO a décidé d’encourager leur élevage à grande échelle pour lutter contre la faim dans les pays en développement. 

Les insectes utilisent moins d’eau et produisent moins de gaz à effet de serre que le bétail, argumente aussi la FAO. Puis de conclure : «d'ici à 2030, plus de 9 milliards de personnes devront être nourries par les insectes, tout comme les milliards d'animaux élevés chaque année. Au moment où la pollution des sols et de l’eau due à la production animale intensive et le surpâturage conduisent à la dégradation des forêts».

Christian Joseph MUTOMBO 

Lu 1509 fois Dernière modification le mercredi, 15 avril 2015 14:14

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Réseaux Sociaux :

Copyright © 2017 - Congo Green Citizen. Tous droits réservés
Developped by IT Group